OBJECTIFS ET MOYENS MIS EN OEUVRE

 

 

OBJECTIFS MOYENS
Accession à une véritable autonomie quant à l′hygiène et au rangement de son lieu de vie. Il est demandé aux usagers de faire le ménage de leur studio tous les matins avant les ateliers obligatoires.
Les agents de services n′interviennent qu′une fois par semaine et contrôlent la qualité du travail ; éventuellement, elles apprennent aux résidants comment utiliser le matériel de ménage ou faire des tâches spécifiques (rangement de l′armoire).
Gestion de son hygiène corporelle. Les résidants de ce groupe sont autonomes au niveau de la toilette. Par contre, si une toilette nous paraît douteuse, nous insistons pour qu′elle soit accomplie correctement. Les lingères nous avisent régulièrement si elles ne voient pas redescendre de petits linges.
Apprendre à confectionner un repas. Les repas sont en règle générale réalisés en fin de semaine. Une règle simple a été édictée : celui ou celle qui propose la confection d′un plat le réalise et "dirige" les autres participants.
L′accompagnement se limite à superviser les différentes opérations. Le mercredi, les résidants font le repas (menu imposé) avec les ingrédients donnés par la cuisine.
Gestion des rendez-vous Les résidants peuvent se rendre seuls pour consulter le médecin du village. Ils doivent en avertir l′éducateur, se munir de leur carte "Vitale" et respecter les heures de visite.
Les rendez-vous "dentistes", "esthéticiens", "coiffeurs"... sont pris par les résidants et doivent s′inscrire durant le temps des sorties libres. Cela leur permet d′apprendre à planifier leur semaine en fonction des sorties proposées, d′anticiper d′une semaine sur l′autre, de prendre en charge leurs besoins.
Gestion de l′argent de poche Nous gérons l′argent de poche de façon individuelle, soit au "coup par coup", à la semaine (le mardi après midi), au mois ou à la quinzaine. Cet argent sert à acheter du tabac, des livres, divers objets de loisirs… La plupart d′entre eux vont eux-mêmes faire leurs achats à Langogne en sortie libre. Pour les achats exceptionnels, le tuteur ou le curateur est leur seul interlocuteur.
Gestion de temps libres sans éducateur Les résidants sont sans surveillance directe les samedis et dimanches matins jusqu′à dix heures et les lundis, mardis et vendredis soirs à partir de vingt heures. Cette démarche permet une entraide, et amène les résidants à affirmer une certaine confiance en eux-même, à affiner une gestion libre de leur temps libre tout en prévoyant l′accomplissement de leurs tâches journalières inhérentes au règlement du groupe.
Meilleure adaptation face aux situations (sur les groupes ou à l′extérieur). Nous insistons régulièrement sur l′obligation d′adopter un comportement correct et respectueux envers les autres. Pour pallier aux éventuels harcèlements des plus forts envers les plus faibles, nous avons mis en place des temps de dialogue individuels ou des relations duelles permettant ainsi de dépasser certaines situations de crise et de gérer divers conflits. Les résidants qui ne présentent pas de graves difficultés locomotrices et savent se servir d′une cabine téléphonique peuvent se rendre au village sans assistance en avertissant l′équipe. Pour les autres, l′éducateur doit les accompagner autant de fois que nécessaire.
Acquérir une réelle constance dans le cadre des activités d′ateliers. Pour certains, nous demandons d′être à dix heures aux ateliers. Pour d′autres, des contrats sont établis avec les services généraux pour soutenir un projet de départ vers une autre structure (C.A.T.) ou tout simplement afin de maintenir des acquis. Cette prise en charge par un employé qui ne relève pas du service d′accompagnement donne une dimension plus riche car le résidant se retrouve alors face aux exigences et aux réalités du monde du travail.
Mener des projets, avoir la capacité de les prendre en charge, de les comprendre pour les réaliser. Le groupe s′investit dans la gestion d′un lieu de vie assimilé à un bar sans alcool. Ils gèrent les stocks, font les achats, servent les "clients", nettoient les lieux. Ce projet permet aux résidants de se confronter à leurs propres limites (par exemple, de calculer le montant de la monnaie à rendre, de garder calme et patience..). Mais il permet également de se projeter (anticipation de certains achats). Le projet est motivant car, à petite échelle, et très proche des centres d′intérêt d′une personne ordinaire. Il permet de retrouver des comportements, des attitudes extérieurs que l′on cherche à transposer là.
Gestion et planification des vacances Plusieurs possibilités s′ouvrent avec des personnes du groupe : vacances avec le foyer, avec des organismes de tourisme adapté, individuelles ou en couple.
Avec le foyer
Les résidants participent au même titre que ceux des autres groupes à la dynamique du séjour proposé. Ce temps vient ponctuer le quotidien, un rythme différent est mis en place : celui des vacances. Ce séjour sous-tend une dynamique de groupe grâce à laquelle l′élaboration d′un planning est possible.
En organisme
Le résidant ayant choisi cette option part avec un organisme de vacances adaptées (il en assurera généralement les frais, et le foyer de vie n′intervient alors qu′en cas de difficulté).
Les intérêts d′une telle formule :
- adaptation à un nouveau contexte.
- démarche de socialisation.
- lieux nouveaux.
Gestion et planification des vacances En individuel ou en couple :
Cette formule peut être retenue pour des personnes présentant une autonomie matérielle suffisante. Le résidant gère seul ou en couple son quotidien. Il assume ses repas, son hygiène, ses sorties. Dans ce style de séjour, il est préférable que l′institution puisse intervenir rapidement auprès des résidants en cas de nécessité. Si l′accession d′une certaine autonomie est possible, voire encouragée, l′intervention des équipes d′accompagnement à tout moment paraît souhaitable.
Echanges inter-centres. Cet item présente une ouverture supplémentaire dans la panoplie des outils de socialisation qu′offre l′institution.
Gestion de la vie de couple. Nous devons rester vigilants dans cette gestion. Les autres résidants devront rester à l′écart de cette intimité. Les personnes en couple devront se monter discrètes (ne pas déranger pour ne pas être dérangées).
Evolution des projets individuels respectifs vers des établissements faisant appel à d′autres capacités d′autonomie (C.A.T., ateliers protégés…) Grâce à une meilleure gestion de leur autonomie (par la participation aux activités intra-muros) ou/et aux approches du monde du travail protégé (stages en C.A.T.), certains résidants peuvent conduire leur projet personnalisé et rejoindre des structures plus adaptées.
Préparer les résidants suffisamment "autonomes" à accéder à une vie sociale ordinaire ou accompagnée (lieux d′hébergement thérapeutiques). Pour certaines personnes autonomes mais ne nourrissant pas de projet de retour au monde du travail, cette formule permet de travailler les capacités de gestion relative à une vie quotidienne en appartement.