CONCLUSION (SOURCES)

 

 

      Tout ce qui est mis en place dans ce groupe se fait sur la base d′un temps de parole, en groupe ou de manière plus individualisée. Chacun alors peut se (ré)approprier la loi du groupe et donc mieux la respecter. Au cours de ces instances, des idées porteuses d′intérêts, novatrices, sont énoncées par les résidants ; cette émergence de la parole de chacun favorise la discussion et permet d′expliquer, de comprendre et de rendre supportable la contrainte. Toutefois, l′accompagnant doit être le garant des règles de l′établissement et donc veiller à la bonne application de celles-ci. Nous insistons sur ces temps de parole qui permettent souvent de régler nombre de conflits et de divergences liées à la différence manifeste des handicaps ou d′expériences antérieures. L′accompagnant est alors consigné à un rôle de médiateur et c′est bien dans cet entre-deux que se développe l′une de ses missions principales. Les temps de discussion permettent également d′anticiper sur les désirs de chacun, mais également de recevoir, d′entendre et de comprendre et mieux accepter ainsi la parole d′autrui. Nous prenons ainsi en compte le contenu, l′importance de la parole de chacun et obtenons alors plus une discussion qu′un simple rapport empreint de dimension hiérarchique. Dans cette dynamique, nous organisons le jeudi après-midi une réunion d′organisation de la semaine suivante (du lundi au dimanche). Cette instance permet aux résidants d′anticiper, de monter certains projets, de faire part de leurs envies, de leurs souhaits ou de leurs difficultés. D′autre part, nous avons mis en place un cahier de "demandes" qui permet aux pensionnaires de canaliser leurs souhaits, leurs désirs (qui se manifestent souvent en nombre au cours de cette réunion). Certains écrivent, d′autres font appel à leur mémoire et parviennent à s′exprimer de façon relativement adaptée.