LA STRATEGIE D′ACCOMPAGNEMENT

 

 

      L′impératif à tout accompagnement en structure d′accueil est sans nul doute l′évaluation permanente qui permet de réduire au mieux le décalage entre les désirs, les attentes et les potentialités de chaque personne handicapée.

      Au Foyer de Vie "Les Tilleuls", l′accompagnement repose, entre autres, sur une supervision de l′individu et du groupe. Dans cette action "verticalisation", le rôle des équipes est essentiellement axé sur la personne handicapée, sur ses difficultés, ses manques, sur ses possibilités, sur ses capacités et sur ses désirs, ses attentes et ce, dans une dynamique constante d′évaluation et de "recentrage". Des réunions d′évaluation permettent alors, de manière régulière, de faire le point sur les difficultés et sur les acquis de ces adultes et font l′objet d′écrits. Soulignons ici l′importance de l′écrit, la mémorisation de rapports oraux (empreints de subjectivité) trop sélective et par conséquent trop réductrice, ne concourt que très difficilement à l′élaboration d′une base véritable d′action accompagnatrice. Notre établissement a su se doter d′un logiciel d′évaluation des acquis permettant ainsi aux équipes de vérifier, de manière plus régulière, le parcours des usagers et de recentrer tant les objectifs que les moyens à mettre en oeuvre. Cet outil sert tant à la conduite des projets personnalisés qu′à la rédaction des rapports d′observation…

      Dans une démarche d′ "horizontalisation" des rapports, notre structure a mis en place différents moyens (réunions institutionnelles à travers lesquelles la personne adulte handicapée a droit d′écoute et de parole - Conseils à la Vie Sociale -) permettant à chacun de pouvoir exprimer son originalité, sa créativité, sa différence à l′intérieur d′une structure qui, en fonction d′une situation commune (le handicap), les rassemble. La confrontation à la vie institutionnelle permet la responsabilisation de l′individu par rapport au groupe. Le droit de parole aux usagers offre la possibilité à l′institution de se réadapter. L′accompagnant, acteur, joue bien alors un rôle d′agent social en favorisant, en l′occurrence, l′intégration de l′usager.

      Les deux types de rapports énoncés doivent s′affronter dans une démarche de même nature. La structure, dans sa mission, doit conduire la personne adulte handicapée vers plus d′ "autonomie".., vers son épanouissement, tout en lui laissant la gestion de sa vie affective (par la mise à disposition de moyens efficients). Le Foyer de Vie propose, par conséquent, un soutien, un accompagnement quant à la gestion de la vie affective ou sexuelle de personnes en difficulté ou en détresse.

      La prise en compte des personnes handicapées que l′on reçoit ne peut se limiter à l′objet d′une décision rendue possible par la simple reconnaissance d′un manque, d′une déficience ou de troubles. L′usager doit rester avant tout et par-dessus tout sujet de son histoire. En qualité d′intervenants, il nous faut donc prendre en compte sa parole, son désir, son pouvoir d′acteur.., et sa responsabilité. Cette prise en compte concourt à aider la personne handicapée à devenir sociétaire, à poursuivre son processus de socialisation et du maintien, voire de la construction de sa citoyenneté.

      Trop souvent, les projets institutionnels reflètent plus les désirs des travailleurs sociaux que les attentes réelles des usagers. Car ce qui peut paraître le plus difficile est de percevoir ces attentes, les exprimer ou s′il le faut, les faire émerger. Il existe trop souvent un décalage entre l′attente et son expression, celle-là même que l′on espère et qui s′inscrit dans un cadre formel. Alors, faire de l′usager un partenaire institutionnel, certes !.. Mais pour cela, il faut parfois construire ou reconstruire une parole individuelle et collective, pouvoir la légitimer dans une logique attendue et souhaitée dans un cadre institutionnel défini dans lequel une stratégie dynamique d′action s′inscrit et par lequel une restitution de la parole des accueillis puisse avoir lieu. Ce constat est par ailleurs partagé par Monsieur Pascal Terrasse, alors rapporteur à l′Assemblée Nationale des documents ayant servi à l′élaboration de la Loi du 02 janvier 2002, puisqu′il rappelle dans la mise en œuvre des Conseils à la Vie Sociale, le rôle d′interface que doivent jouer les encadrants entre l′usager (adulte ou enfant) et l′institution.