PRINCIPES ETHIQUES DU PROJET D′ACCOMPAGNEMENT

 

 

      Sur l′un des murs du hall d′accueil de l′établissement est suspendu un cadre à l′intérieur duquel sont énoncés les Droits de l′Homme et du Citoyen, manifestation d′une volonté de rappeler que l′exercice des droits et libertés individuelles pour tout usager ou tout membre du personnel se doit d′être respecté…

      La Loi n° 75-534 du 30 juin 1975 d′orientation des personnes handicapées ne recouvre en rien un caractère coercitif pour les usagers ; elle énonce simplement des droits que les institutions se doivent, pour le moins, de respecter sinon les utiliser comme tremplin aux diverses actions d′accompagnement. Notons que le manque de structures sur le territoire national telles la nôtre ne doit pas induire une contrainte dans les choix des différentes prestations proposées, et il nous faudra en conséquence, délivrer aux usagers et/ou à leurs représentants légaux, de la manière la plus explicite et la plus intelligible possible, les informations relatives aux prestations proposées (accompagnement "thérapeutique", social..) comme énoncé dans la Loi du 02 janvier 2002 ou sous-tendus dans la Loi du 11 février 2005. Nous devons respecter la dignité, l′intégrité, la vie privée, l′intimité des personnes hébergées et assurer leur sécurité. Nous nous engageons par ailleurs à offrir à tout usager un accompagnement de qualité, adapté, favorisant le développement des acquis (voire le maintien de ceux-ci pour les personnes les plus en difficulté). La conception, la mise en œuvre de cet accompagnement ne pourra se concevoir sans l′accord de l′intéressé (et/ou de son représentant légal). L′établissement s′engagera également à une confidentialité des informations concernant la situation de l′usager, mais en offrant la possibilité à ce dernier ou à son représentant d′accéder à toute information relative à sa prise en charge.