UNITE DE VIE : L'ENVOLEE

 

PRESENTATION DES LOCAUX

         L’unité de vie de « L’Envolée » se situe au sein d’un nouveau bâtiment (ouvert le 20 mars 2006 ) construit légèrement en surplomb du bâtiment principal. Un accès piétons et un accès véhicules relient les deux. Des bancs installés autour de la battisse ainsi qu’une terrasse permettent de profiter de la vue pittoresque qu’offre la localisation du Foyer de Vie « Les Tilleuls ».

           Le rez-de-chaussée est en majeure partie réservé aux salles d’ateliers. Un escalier ainsi qu’un ascenseur permettent de rejoindre le lieu de vie qui se situe à l’étage. Celui-ci se compose d’une grande salle lumineuse grâce à de larges fenêtres et regroupe la salle à manger, le salon avec un téléviseur et la cuisine satellite (four micro-onde, lave vaisselle, four, plaques électriques). Enfin, le reste de l’étage est réservé aux studios privatifs des personnes accueillies desservis par un large couloir central. Chaque studio est équipé d’une douche à l’Italienne, d’un WC suspendu et d’un lavabo. Les usagers peuvent venir avec leur mobilier personnel même si il est possible de mettre à disposition pour les personnes qui en ont le besoin un ensemble mobilier composé d’un lit, d’une commode, d’un bureau et d’une table de chevet.

 

PRESENTATION DU PERSONNEL

         Sept ETP (trois femmes pour quatre hommes) interviennent sur l’unité de vie de l’Envolée. Soit cinq accompagnateurs par journée de vingt quatre heures. A ce jour, l’équipe se définit comme suit :

-          Deux veilleurs de nuit Aides Médico-Psychologiques

-          Deux Moniteurs éducateurs.

-          Deux Aides Médico-Psychologiques

-          Un Aide soignant.

          L’encadrement couvre la journée entière (vingt quatre heures), sept jours sur sept, toute l’année. L’équipe pluridisciplinaire se compose de l’équipe d’accompagnement, du médecin psychiatre et du chef de service.

 

PRESENTATION DES PERSONNES ACCUEILLIES

L’unité de vie de « L’Envolée » accueille une population mixte (huit femmes pour dix hommes) de dix huit résidants âgés de vingt quatre à soixante et un an. Certains vivent en couple dans une chambre double, les autres ont chacun leur studio (dont dix studios simples pour quatre doubles).

            La plupart souffre d’une déficience intellectuelle légère souvent associée à un trouble psychopathologique (psychose, trouble du comportement et/ou de l’humeur). On note globalement un niveau d’autonomie qui leur permet d’effectuer seuls les actes de la vie courante. Les parcours de vie ainsi que les parcours institutionnels sont très différents selon les hébergés. En effet, quelques-uns ont bénéficié, dès leur enfance, de mesure d’accompagnement et de prise en charge par l’aide sociale ou ont vécu des années d’inadaptation sociale (toxicomanie, errance,..) avant d’être pris en charge par une structure adaptée.

Avant leur admission au foyer, certains étaient pris en charge par un centre hospitalier spécialisé ou travaillaient en ESAT. D’autres, encore, ont eu une expérience de vie « ordinaire » ou d’appartement thérapeutique.

            L’origine de leur admission au Foyer de Vie « Les Tilleuls » est, pour une partie des usagers, issue d’une perte d’efficience dans leur travail en structure protégée ou tout simplement parce qu’ils ont atteint l’âge légal de la retraite, pour les autres parce qu’ils ont acquis une stabilité psychique qui ne requérait plus un accompagnement thérapeutique tel qu’il est proposé en centre hospitalier spécialisé.

 

 

IDEE DE DEPART/COMMANDE INSTITUTIONNELLE

 

            L’unité de vie de L’Envolée doit être à la fois un moyen de re-trouver un rythme de vie adapté aux besoins et attentes de la personne tout en gardant une dynamique (« ateliers », activités de loisirs,..) leur permettant de s’épanouir et d’éviter toute sédentarité excessive, mais aussi une possibilité qu’ils se préparent à une nouvelle orientation telle qu’un ESAT, un appartement thérapeutique, SAVS…

            Ces deux approches distinctes doivent apparaître dans ce projet pour permettre une prise en charge la plus singulière possible. Pour autant, ce projet de groupe n’a pas pour but de répondre  individuellement aux besoins et attentes de chaque usager (démarche qui apparaît essentiellement dans le projet personnel) mais de proposer différents objectifs en cohérence avec un ensemble de moyens comme vecteur de la réalisation du projet individuel de chacun.

 

QUESTIONNEMENTS, REFLEXIONS

 

 

-          Comment, en milieu institutionnel,  préparer un groupe d’usagers à une vie « ordinaire »?

 

-     Les projets personnels des résidants, étant sensiblement différents (ESAT, appartements…), comment les articuler pour pourvoir y répondre ?

 

-          Comment mettre les résidants en situation réelle, à la fois pour permettre la mise en place d’un processus d’apprentissage mais aussi dans le but de les évaluer pour une éventuelle nouvelle orientation ?

 

-          Comment leur donner les moyens d’exercer au maximum de leurs capacités, leur autonomie ?

 

-          Dans le contexte géographique et social du canton de St Etienne de Lugdarès, comment peut-on favoriser l’intégration des résidants et l’apprentissage des éléments constitutifs d’une vie hors collectivité ?

 

-          Comment préparer un résidant à intégrer un ESAT  sachant que nous avons peu de possibilités de stage interne, d’autant plus que ceux-ci ne sont pas toujours adaptés à cette démarche ?

 

 

OBJECTIFS et MOYENS

 

  • Objectif 1 , Assurer un rythme de vie adapté :
    • Moyen 1 : L’équipe d’accompagnement considère que les usagers de « L’Envolée » sont aptes à choisir leurs horaires de coucher et de lever dans la mesure où ils conservent un équilibre « sain » entre les temps de veille et de sommeil, qu’ils répondent aux contraintes des actes de la vie quotidienne et qu’ils respectent les horaires des ateliers.
    • Moyen 2 : Les activités de loisirs ne sont pas obligatoires. Cependant, l’équipe d’accompagnement veillera à éviter toute sédentarité excessive de la part des usagers en les stimulant par un accompagnement adapté.
    • Moyen 3 : L’organisation de l’unité de vie, formalisée dans le règlement de service, sera établie en collaboration entre les résidants et l’équipe d’accompagnement.

       

  • Objectif 2, Développer la socialisation et l’intégration des résidants :
    • Moyen 1 : Développer les activités en milieu ordinaire non encadré (Club sportif, centre de loisir, milieu associatif…).
    • Moyen 2 : Proposer deux sorties « libres » par semaine dans le but de multiplier les relations tournées vers l’extérieur car il n’y a pas de socialisation ni d’intégration possible sans échange et rencontre avec le monde  "ordinaire".

       

  • Objectif 3, Les rendre acteurs :
    • Moyen 1 : Exercice de leur citoyenneté dans la mesure où leur protection judiciaire le permet. Information sur leurs droits et devoirs.
    • Moyen2: Mise à disposition des moyens institutionnels (spectacles, vidéothèque, activités de loisir, raquettes, VTT …) et évaluation de l’intérêt suscité par les résidants pour l’activité pour pouvoir travailler sur l’émergence des désirs.
    • Moyen 3 : Enquête de satisfaction sur leur prise en charge (une fois par an).
    • Moyen 4 : Mise en place d’une boîte à idées/suggestions.
    • Moyen 5 : Désignation d’un animateur et d’un rapporteur pour la réunion d’organisation hebdomadaire.
    • Moyen 6 : Mise à disposition, au sein de l’unité de vie, d’un téléphone en libre accès utilisable uniquement par carte.
    • Moyen 7 : Le projet personnalisé sera établi en collaboration étroite avec le résidant concerné.
    • Moyen 8 : Respect de leur vie spirituelle : possibilité de se rendre à la messe le dimanche et respect de l’article … de la Charte de l’Usager du Foyer de Vie « Les Tilleuls »

       

  • Objectif 4, Développer l’estime de soi :
    • Moyen 1 : Proposer des activités favorisant le développement de l’expression (théâtre, expression corporelle…)
    • Moyen 2 : Soutenir et développer les activités spontanées ( tricot, canevas), les passions (ski, photographie…) etc. …
    • Moyen 3 : Prendre soin de son apparence physique pour développer l’estime de soi (rasage, coiffure, dentition, tenue adaptée aux situations et au climat, possibilité de suivre un régime diététique pour ceux qui le souhaitent …)

       

  • Objectif 5, Maintenir et développer les liens affectifs et sociaux :
    • Moyen 1 : organisation de vacances, de transferts, de week-end en famille ou chez des amis de l’usager.
    • Moyen 2 : relations téléphoniques, aide à la correspondance.
    • Moyen3 : prévoir un lieu ainsi qu’un protocole d’accueil des familles (parents, enfants) et amis des résidants.
    • Moyen 4 : si nécessaire l’équipe d’accompagnement, en lien avec le Chef de Service, se réserve le droit de refuser un départ si l’accueillant ne peut assurer la sécurité et la protection du résidant concerné.

       

  • Objectif 6, Accompagner les résidants dans leur sexualité et dans leur relation affective :
    • Moyen 1 : accompagner les couples dans le respect de leur intimité. Définir, avec eux et le médecin généraliste, le moyen de contraception le plus adapté.
    • Moyen 2 : Intervenants extérieurs (planning familial, infirmière, association de prévention…) pour des réunions d’informations.
    • Moyen3 : Mise à disposition de préservatifs
    • Moyen 4 : le règlement de service définit les comportements amoureux dans les lieux communs ainsi que la nécessité d’un consentement mutuel et d’une relation partagée.

       

  • Objectif 7, Préparer les résidants à intégrer un ESAT :
    • Moyen 1 : les ateliers, pour évaluer le résidant dans un premier temps sur son potentiel mais aussi sur le respect du cadre horaire et spatial, sur son assiduité, sa régularité, sa mise au travail, …
    • Moyen 2 : Proposer pour ceux qui sont dans une démarche de projet, un stage interne de préparation à l’admission en ESAT, pour les inscrire dans une dynamique de travail avec les contraintes qui y sont liées.
    • Moyen 3 : Stage externe en milieu ordinaire (CIAS, Office du tourisme) (???)

       

  • Objectif 8, Préparer les résidants à intégrer un appartement :

             Vivre en appartement qu’il soit thérapeutique ou dit « ordinaire » nécessite l’apprentissage d’un ensemble de technique et de savoir-faire :

1        Gestion d’un budget.

2        Apprentissage de la confection de repas équilibrés sur la durée, de l’entretien de son logement et de son linge.

3        Connaissance des démarches administratives de base.

4        Développer chez les résidants une attitude adaptée concernant leur suivi santé

5        Mise en situation.

 

Ces 5 points nous semblent essentiels pour permettre aux usagers de pouvoir prétendre intégrer un appartement sans quoi cela pourrait être une mise en échec. C’est pourquoi une évaluation régulière permettra de pointer les acquisitions et les difficultés.

 

q  Objectif opérationnel 1 : Gestion d’un budget.

 

Actuellement, les résidants ne gèrent que leur argent de poche. Nous pensons que cela ne suffit pas. En effet, cette somme ne correspond qu’à une petite partie du budget d’un  foyer. De plus, pour permettre un véritable apprentissage de la gestion d’un budget, il est nécessaire que les résidants aient une possibilité d’avoir une vision globale d’une telle démarche. Enfin, gérer un budget passe par la manipulation de l’argent. Cet élément doit être pris en compte pour mettre les résidants en situation réelle.

 

  • Moyen 1 : Mise en place d’un cahier de compte individuel.
  • Moyen 2 : Retrait individuel de leur argent personnel à La Poste.
  • Moyen 3 : Tendre vers une gestion au mois de leur argent de poche.
  • Moyen 4 : Somme allouée pour leurs achats de produits d’hygiènes.
  • Moyen 5 : Budget alimentaire.

 

Chaque résidant, dont le projet est d’intégrer un appartement, devra tenir un cahier de compte dans lequel il devra noter quotidiennement ses dépenses, ses recettes et le solde de son argent personnel.

Ce moyen leur permettra d’être plus indépendants et autonomes. Cette démarche devra être réalisée en relation avec les tuteurs et la Poste. Il nous semble important que nous puissions vérifier les retraits et les achats de chacun grâce aux relevés de compte et aux tickets de caisse.

Cette démarche consiste à donner une somme d’argent en espèce au résidant, elle est réservée aux achats concernant leur hygiène corporelle. Cela leur permet de se rapprocher d’une gestion d’un budget « ordinaire  ». Cette somme est allouée au mois et les usagers se rendront à l’épicerie du village pour effectuer leurs achats. Ils seront donc obligés d’anticiper leurs besoins, un contrôle (en amont ???) des achats sera réalisé par l’équipe d’accompagnement dès leur retour.

La part du budget destinée à l’alimentation est l’une des plus importantes du budget global d’un foyer. Il nous semble essentiel de permettre aux résidants de réaliser l’importance d’un suivi rigoureux de leurs dépenses alimentaires. Pour cela, la tenue d’un cahier de compte et le paiement des achats en espèces dans différents commerces seraient un moyen pour qu’ils en prennent conscience.

 

q  Objectif opérationnel 2  : Gestion des Actes de la Vie Courante

 

  • Moyens : Ateliers d’apprentissages de la confection de repas, de l’entretien de son logement, de son linge…

 

Ce nouvel atelier se déroulera à hauteur de deux fois par semaine sur les temps d’ateliers du matin. Il sera encadré par un éducateur qui accompagnera les résidants aux nombres de quatre[1] pour :

                                                            

-          Un suivi ainsi qu’une évaluation de l’entretien du studio de chaque usager. Ce qui nous permettra de déterminer les difficultés rencontrées par chaque résidant et d’y travailler de manière rationnelle dans le but qu’ils acquièrent une autonomie nécessaire pour prétendre intégrer un appartement.

-          Un apport théorique, dans un premier temps, des savoirs relatifs à l’entretien du linge personnel. Puis, une mise en pratique avec, s’il y a lieu, la mise en place d’outils adaptés (étiquettes de couleurs facilitant le tri du linge, protocole d’utilisation des appareils électroménagers). Pour cela, nous aurons besoin de corbeilles individuelles pour entreposer le linge sale, d’une machine à laver sur le groupe, d’un sèche-linge et d’un étendoir installé derrière le bâtiment.

-          L’apport de notions sur l’équilibre alimentaire et la confection de repas. Les achats se feront le mardi lors de la sortie libre par deux résidants responsables, avec l’aide de l’éducateur encadrant la sortie. Cela implique que les usagers anticipent leurs besoins tout en respectant les limites imposées par le budget alimentaire (cf. objectif intermédiaire 1/ moyen 4). Pour répondre à cet objectif, nous aurons besoin de quatre plaques de cuisson au lieu des deux actuelles, ainsi que des appareils et ustensiles de cuisine.

 

 

q  Objectif opérationnel 3  : Connaissance des démarches administratives de base.

 

  • Moyen 1 : Développer des relations directes entre le résidant et son tuteur (courrier, fax, communication téléphonique) en lien avec l’éducateur référent et accompagner les résidants dans la prise de rendez-vous (coiffeur, dentiste,..).
  • Moyen 2 : Apport d’informations pratiques sur différents organismes tels que la Sécurité Sociale, la Caisse d’Allocation Familiale, MDPH, CDAPH, etc.….

 

 

q  Objectif opérationnel 4: Connaissance de son traitement et de sa gestion.

 

  • Moyen 1 : Partenariat avec le médecin psychiatre pour l’information des résidants sur leur traitement.
  • Moyen 2 : tendre vers une « préparation» et «une gestion» du traitement (prise individuelle sous surveillance, gestion autonome du traitement du coucher, de la journée, de la semaine).

 

 

q  Objectif opérationnel 5: Mise en situation et évaluation

 

  • Moyen 1 : création d’ « appartements témoins » pour la mise en situation réelle des usagers. Ce moyen doit permettre d’évaluer les acquis du résidant ainsi que ses capacités à vivre en appartement. Il sera proposé aux résidants un stage de six mois en « appartement témoins » avec une période d’essais d’un mois renouvelable une fois.

Une évaluation régulière sera effectuée ainsi qu’un bilan de fin de stage qui permettra de déterminer si les personnes concernées sont aptes à prétendre intégrer un appartement.

Si toutefois l’équipe d’accompagnement constate un déficit dans la gestion du quotidien ou une mise en danger de la personne lors de ce stage, celle-ci se réserve le droit d’imposer la réintégration du résidant sur le service de l’Envolée pour permettre de retravailler sur les lacunes constatées.

 


[1] Il nous semble important que ce groupe de travail soit composé d’un petit nombre de résidants pour se rapprocher au plus prés de la réalité de la vie en appartement.